Parmi les réponses possibles aux problèmes de suffisance alimentaire pour les hommes et les animaux, l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) recommande dans son rapport « Edible Insects » d’envisager l’élevage d’insectes à grande échelle. L’alimentation à base d’insectes (entomophagie) pourrait bien se généraliser au cours des prochaines décennies. En effet, d’après la FAO, ce sont déjà près de 2,5 milliards d’humains qui mangent régulièrement des insectes dans le monde. En Europe, l’idée de développer une production industrielle d’insectes comestibles fait son chemin.

1467992_3_af77_depuis-que-la-fao-a-publie-son-rapport_26469f541c5261650d348acd16616c4d

 

Le laboratoire d’entomologie fonctionnelle et évolutive s’intéresse d’ailleurs à cette thématique de recherche. Un travail de synthèse des connaissances scientifiques sur l’entomophagie réalisé pour le compte de l’Anses, a mis en évidence le manque de données scientifiques disponibles sur des sujets comme l’impact environnemental de la production d’insectes comparé à d’autres sources de protéines (notamment sur les sujets de l’empreinte écologique et du coût énergétique) et l’intérêt nutritionnel des différentes espèces d’insectes et produits d’insectes. Ce constat est également valable en ce qui concerne les dangers spécifiques liés aux insectes et à la sécurité sanitaire dans les pays consommateurs, qui à ce jour semble plus attestée par un historique de consommation que par des études scientifiques d’évaluation des risques. Cette étude a ainsi mis en exergue le besoin de recherches dans le but de permettre une évaluation complète des risques sanitaires liés à la consommation des insectes.

 

Etudiants: si cette thématique vous intéresse, n’hésitez pas à prendre connaissance des propositions de stages et mémoires de fin d’études