Ilondea B.A., Beekman H., Ouédraogo D-Y, Bourland N., De Mil T., Van den Bulcke J., Couralet J., Ewango C., Hubau W., Toirambe B., Doucet J.L., Fayolle A. [2019] Une forte saisonnalité du climat et de la phénologie reproductive dans la forêt du Mayombe : l’apport des données historiques de la Réserve de Luki en République démocratique du Congo. Bois et Forêts des Tropiques 341, 39-53.

Une forte saisonnalité du climat et de la phénologie reproductive dans la forêt du Mayombe : l’apport des données historiques de la Réserve de Luki en République démocratique du Congo. En Afrique, la phénologie reproductive des arbres tropicaux, majoritairement annuelle, semble présenter une certaine régularité. Cette étude documente les variations intra et interannuelles de la phénologie reproductive des arbres de la forêt du Mayombe à partir des données historiques de la Réserve de Luki (République démocratique du Congo). Le diamètre de reproduction des espèces exploitées pour le bois, encore largement méconnu, a été également examiné pour les espèces suffisamment représentées dans les données. Le suivi phénologique de 3 642 arbres appartenant à 158 espèces et 39 famille a été réalisé tous les 10 jours de 1948 à 1957. Les statistiques circulaires ont été utilisées pour tester le synchronisme de la phénologie entre arbres, à l’échelle de la communauté, pour la forêt dans son ensemble, et individuellement pour 87 espèces, dont 35 espèces bien représentées (n ≥ 20 arbres), 16 espèces commerciales et 36 autres espèces. Des régressions logistiques ont permis de déterminer le diamètre d fructification (minimum et régulier) de ces espèces. Pour la majorité des espèces, la floraison était régulière, annuelle et largement saisonnière (81,6 %, 71 espèces). Les pics étaient plus marqués pour la floraison que pour la fructification, plus étalée dans le temps, bien que significativement agrégée temporellement. La majorité des arbres et des espèces fleurissaient entre décembre et février, pendant la petite saison sèche, bien que des fleurs et des fruits étaient observables toute l’année à l’échelle de la communauté. Seules 13 espèces ont montré une relation significative entre le diamètre et la reproduction, parmi lesquelles sept espèces de canopée, cinq de sous-bois et une héliophile. Pour ces espèces, la moyenne du diamètre minimum
de reproduction était de 17,3 cm.

Consultez la notice complète de l’article sur ORBi