Caractérisation des modes de consommation alimentaire des ménages à Kinshasa : analyse des interrelations entre modes de vie et habitudes alimentaires

Projet finalisé

Pays : République démocratique du Congo [voir la carte]

Commanditaire : Coopération Technique Belge

Durée : [ - 2014]

Rubrique : Coopération internationale

Muteba Kalala, Damien (2014). Thèse de doctorat, Université de Liège Gembloux Agro-Bio Tech. 179 p., 59 tabl., 10 fig., 4 cartes et 5 photos.

Résumé

La présente étude a été initiée au départ d’une hypothèse selon laquelle des ménages se retrouvent dans une situation d’insécurité alimentaire lorsque leurs modes de vie et moyens d’existence ont changé ou ne se sont pas adaptés et qu’ils n’ont pas la capacité de trouver un  équilibre entre un ensemble de besoins. La demande alimentaire des ménages ne peut donc  être analysée indépendamment de l’ensemble des moyens d’existence et conditions de vie.  Pour réaliser cette étude, une méthodologie basée sur les enquêtes auprès des ménages a été  adoptée. Sur base de leur niveau présumé de richesses, trois quartiers ont été choisis ; le Quartier Résidentiel à Limete, le quartier Mabulu à Makala et les Quartiers I et VII à N'djili.Un échantillon de 346 ménages a été constitué.Les résultats de la première enquête sur la caractérisation des ménages ont permis d’atteindre les trois premiers objectifs de l’étude :
- Analyser les caractéristiques socio-économiques des ménages kinois ;
- Analyser la structure des dépenses de consommation des ménages ;
- Analyser les facteurs qui influencent les pratiques alimentaires des Kinois.
La deuxième enquête a consisté en un suivi des ménages ciblés par rapport aux critères précis. Trente ménages ont été choisis, à raison de 10 dans chacun des trois quartiers. Ils ont été suivis d’abord en saison sèche pendant trois mois, de juin à août 2011, et par la suite en saison pluvieuse, pendant trois mois également, entre février et avril 2012. Les résultats issus de cette étude ont montré, entre autres, que les dépenses alimentaires sont beaucoup plus importantes en saison pluvieuse qu'en saison sèche. Cependant, les quantités consommées sont relativement plus élevées en saison sèche qu'en saison pluvieuse. La quantité d’aliments consommés par personne et par jour a été estimée en saison sèche respectivement à 1202g (dans les ménages aisés), 833g (dans les ménages moyens) et 506g (dans les ménages pauvres). En saison pluvieuse, les quantités consommées sont respectivement dans l’ordre de 1120g (dans le quartier aisé), 801g (dans les ménages moyens) et de 493g (dans les ménages les moins aisés). Les apports énergétiques par personne et par jour en saison sèche sont respectivement de 2571 calories (dans les ménages aisés), 1864 calories (dans les ménages moyens) et de 1094 calories (dans les ménages pauvres). Les apports énergétiques sont également en baisse en saison pluvieuse. Ils sont respectivement de 2452 calories (dans les ménages aisés), 1838  calories (dans les ménages moyens) et de 1130 calories (dans les ménages pauvres).  Les apports protéiques par personne et par jour ont été estimés en saison sèche respectivement  à 102g (ménages aisés), 81g (dans les ménages moyens) et 51g (dans les ménages pauvres). En saison pluvieuse, ces apports sont également faibles. Ils sont de l’ordre de 100g dans les ménages aisés; 80g dans les ménages moyens et 50g dans les ménages pauvres. L’analyse de différents modes de consommation a montré que les habitudes alimentaires des Kinois ne semblent pas rencontrer les exigences nutritionnelles. Entre les deux considérations,  les ménages ont de plus en plus de difficultés à trouver un point d’équilibre. Les éléments qui  justifient ce difficile équilibre sont notamment : la monotonie alimentaire dans les ménages, la  tendance à favoriser la consommation des aliments bon marché, le choix des aliments sans  lien avec les considérations diététiques, l’apparition de plus en plus de problèmes de santé  publique liés aux modes de consommation alimentaire. Toutefois, le déséquilibre alimentaire dans les ménages kinois n’est pas toujours lié au revenu. 

< Retour aux projets de l'unité