Dynamiques agraires et trajectoire technique d'un groupe de 240 exploitations agricoles familiales de l'hinterland minier du Katanga et perspectives pour une politique d'appui

Projet finalisé

Pays : République démocratique du Congo [voir la carte]

Commanditaire :

Durée : [ - ]

Rubrique : Coopération internationale

NKULU MWINE FYAMA Jules (2010). Thèse de doctorat.  Lubumbashi, Université de Lubumbashi, Faculté des Sciences agronomiques.

207 pages, 24 figures, 18 tableaux, 8 photos, 3 cartes. Promoteur : Ph. Lebailly.

Résumé :

L'hinterland minier du Katanga est connu pour ses activités industrielles minières plutôt qu'agricoles alors qu'il dispose d'intéressantes potentialités dans ce domaine. Le secteur minier a longtemps contribué à l'essor économique de la province du Katanga et du pays en général. C'est ce qui explique l'ampleur des flux migratoires vers cette partie du pays. Dans la décennie 90, les effets de mauvaises décisions politiques, l'instabilité socio-politique liée au courant de la démocratisation et les pillages qui s'en sont suivis ont achevé la paralysie de l'ensemble de l'économie nationale. Le taux de chômage s'est généralisé, le coût de la vie s'est nettement détérioré. Devant l'ampleur de la situation et suite à l'effritement des moyens de l'Etat à améliorer les conditions de vie, les populations ont progressivement développé l'économie informelle. Et l'agriculture de subsistance est devenue, à l'évidence, le moyen le plus répandu pour survivre. En 2001, la normalisation du climat politique a permis au pays d'élaborer des réformes aux fins de recouvrer la confiance des investisseurs privés. Parmi les secteurs les plus concernés, on trouve les mines dont la promulgation du code en juillet 2002 a scellé la privatisation. A partir de 2003, on assiste à la fois à une recrudescence d'investissements privés étrangers dans le secteur marquée notamment par la création de plusieurs entreprises minières de différents calibres et par un développement spectaculaire des activités minières artisanales. L'importance de toutes ces activités devient très perceptible à la faveur de la hausse sur le marché mondial du cours des métaux. Malheureusement, ce développement industriel (re-)naissant crée plusieurs autres problèmes dont les principaux sont l'explosion démographique dans l'hinterland minieur du Katanga et la multiplication tous azimuts des entreprises minières. Ces deux facteurs impriment une double pression sur le capital foncier prépondérant en agriculture. On observe dès lors une chute des productions agricoles locales et une augmentation de la dépendance alimentaire à l'importation. Cependant, alors que l'exode professionnel agit intensément sur la main-d'oeuvre agricole, certaines exploitations agricoles résistent et développent progressivement une agriculture de type commercial pour satisfaire les besoins alimentaires de la population toujours grandissante dans les mines et carrières disséminiées dans la région de Lubumbashi. Ce travail décrit le cheminement technologique de ces exploitations agricoles familiales qui se sont adaptées à toutes ces mutations (explosion démographique et extension des activités minières sur les espaces vitaux agricoles) pour passer de l'agriculture de subsistance, marquée par l'extension des terres et de longues jachères, à l'agriculture de type commercial où la réduction du temps de la jachère et l'utilisation des techniques culturales plus optimales sont évidentes. Ainsi, ce passage à l'étape de l'intensification agricole pourrait être capitalisé pour arriver à résoudre le problème crucial de la pression foncière résultant des activités minières et de la croissance démographique. Ce n'est qu'à cette condition que la synergie entre le secteur minier et le secteur agricole deviendra effective.

< Retour aux projets de l'unité