News

23 mars: notre laboratoire innove dans les techniques de bioraffinage adaptées au secteur papetier wallon

VALICELL (VALorisation des LIgnines issues des effluents de l’industrie papetière et de la CELLulose issus de la pâte à papier non-blanchie). Un projet soutenu par le Pôle GreenWin.

A l’origine de ce projet, mené en consortium avec Burgo Ardennes, Nanocyl SA et l’Université de Mons, deux principales motivations: d’une part la nécessité de trouver des alternatives biobasées au pétrole et d’autre part le désir de l’industrie papetière de trouver pour leurs produits de nouveaux débouchés, innovants et prometteurs. Notre laboratoire travaille à la récupération de la lignine contenue dans les liqueurs noires papetières, jusqu’ici utilisée très majoritairement sur place comme combustible. Cette lignine peut être modifiée afin d’offrir des propriétés adaptées pour des applications spécifiques définies. Le second volet du projet vise à rechercher des nouveaux produits issus de la pâte à papier non-blanchie, qui pourrait par exemple être utilisée comme base pour produire de la viscose et les autres dérivés de la cellulose (nanocelluloses, acétate de celluloses, éther de cellulose, etc…). Ces celluloses de spécialité pourront être testées dans différents secteurs. Dans une démarche de durabilité, les procédés privilégiés ici minimisent l’utilisation de solvants et autres produits chimiques.

18 mars: le point sur les recherches de Thomas Berchem

La vigne est actuellement l’une des cultures les plus répandues dans le monde avec une surface viticole atteignant près de 8 millions d’hectares. La filière vinicole engendre une grande quantité de sous-produits actuellement peu valorisés. Ce projet consiste en une étude des possibilités de valorisation des sous-produits de cette filière, via le développement de procédés innovants d’extraction de molécules bioactives à très haute valeur ajoutée.

9 mars: la pédagogie par projets sur la valorisation de la biomasse

Pendant une semaine complète, les étudiants de Master 1 développeront un projet complet sur la valorisation de biomasses végétales ciblées pour la production de molécules à haute valeur ajoutée. Une seule consigne: respecter les normes de la chimie verte. Cette année, leur thématique s’articule autour de l’économie circulaire et la valorisation des déchets de grande consommation et des déchets ménagers.

3 Mars: le point sur les recherches de Quentin Schmetz

Dans le contexte énergétique et économique actuel, une alternative à la pétrochimie apparait comme étant indispensable. La valorisation de la biomasse lignocellulosique par le bioraffinage en est une alternative. Mon projet, en partenariat avec l’Université de Kobe (Japon), s’inscrit dans cette thématique. Il consiste en l’évaluation de prétraitements de la biomasse lignocellulosique Wallonne et Japonaise. Les phases solides et liquides issues de ces prétraitements sont caractérisées en vue de l’extraction de molécules à haute valeur ajoutée telles que les polyphénols.

25 feb: Our expertise in steam explosion for the pretreatment of lignocellulosic biomass has been published in Ind. Eng. Chem. Res. 

Steam explosion is a thermomechanicochemical pretreatment which allows the breakdown of lignocellulosic structural components by the action of heating, organic acids formed during the process and shearing forces resulting to the expansion of the moisture. Two distinct stages compose the steam explosion process: vapocracking and explosive decompression which include modification of the material components: hydrolysis of hemicellulosic components (mono and oligosaccharides released), modification of the chemical structure of lignin, modification of the cellulose cristallinity index… These effects allow the opening of lignocellulosic structures and influence the enzymatic hydrolysis yield of the material.

The paper is available on: http://pubs.acs.org/doi/abs/10.1021/ie503151g

21 jan: du caoutchouc naturel 100% belge pour l’industrie des pneumatiques: le résumé de nos travaux sur le site de la RTBF

Des scientifiques de Gembloux Agro Bio Tec se lancent dans la recherche de substituts à l’hévéa afin de produire du caoutchouc naturel 100% belge. Les feuilles d’hévéa sont touchées par un champignon à l’échelle mondiale, qui compromet la production de caoutchouc. En Belgique, deux acteurs industriels suivent cette recherche avec attention: une entreprise aéronautique wallonne et un grand producteur de pneumatiques.

Plus d’info: http://www.rtbf.be/info/regions/detail_de-caoutchouc-naturel-100-belge-bientot-chez-nous?id=8818444

14/08/29: Congratulation to our students, Nicolas VILLANI and Maxime DEDRIE, for their master’s thesis.

Nicolas Villani: Valorization of lignin from banana rachis as innovative materials for wastewater decontamination

When it comes to the transport of fruits all around the world, large amounts of pesticides are used to prevent the fruits from all kind of pests. It usually results in massive contaminations of process water.

The present work aims at developing an innovative material for wastewater decontamination by the valorisation of lignin-rich food wastes. Lignin from banana rachis (10.9% of lignin) was extracted with a yield of 42.15%, using an optimised microwave-assisted heating program. Promising results showed that this material had an adsorption capacity of 280.92 mg/g for the active substance Imazalil, a result very close to the one of some mesoporous carbonaceous materials (298.02 mg/g with Starbon® S300 as adsorbent material). Then, 4-h adsorption kinetics showed that the presence of lignin in the adsorbent materials had successful biosorbent properties for the removal of three active substances in in water compared to other cellulosic adsorbents.

Maxime Dedrie: supply chain management of oak barks for the chemical and industrial sectors

With the expected natural resources and especially oil rarefaction , it is a priority to find sustainable alternatives in order to answer to the carbon-based chemistry product’s needs. The forest is, when well-managed, an important source of renewable organic molecules. The lignocellulosic biorefinery concept reopens the way to a form of biomass exploitation that has been set aside.

Despite their potential for chemical recycling, residues from wood exploitations and the wood processing are mostly used for industrial applications with low added value (energy, paper pulp, panels). Previously, the wood chemical properties were more used in a more valuable way. As an example, the leather industry exploited barks of the two main species of oaks in Wallonia (Quercus robur L., Quercus petraea 1753 (Matt.) Liebl., 1784) for their tannin contents. Silvicultural methods were specifically dedicated to the production of 20 years old oaks, whose tannin contents was deemed more important.

This work is based on the industrial past and on the current market situation of oak bark. The aim of this work is to try and establish a first look at the feasibility of enhancing the value of this material through the extraction of bioactive molecules

 

Contact

Biomass and Green Technologies
University of Liège - Gembloux Agro Bio Tech
Passage des Déportés, 2
5030 Gembloux
Tel: +32 81 62 22 31
Contact : biomass@ulg.ac.be