Vous aimez? Partagez sur
Share on Facebook
Facebook
Pin on Pinterest
Pinterest
Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin

Chaque année, c’est un moment incontournable du master « Gestion des forêts et espaces naturels » de Gembloux : les semaines forêt, deux semaines d’excursion pour découvrir, en pratique, la gestion forestière, des projets de restauration écologique et de gestion de la flore et la faune de nos écosystèmes belges. Mais cette année, voilà que le SARS-cov-2 vient perturber les plans de nos étudiants confinés chez eux au lieu de se former à la réalité du terrain.

Désireux d’offrir une expérience de terrain à nos jeunes bioingénieurs en devenir, les professeurs du master ont organisé, du 14 au 17 septembre, une semaine de rattrapage. Au programme, 4 jours de découverte d’écosystèmes variés et de débouchés potentiels, sur base volontaire et dans le respect des mesures sanitaires de mise.

Le premier jour, c’est à travers les tourbières du plateau des Tailles que nos étudiants se fraient un chemin, découvrant la flore exceptionnelle que recèle ce milieu. L’après-midi, la réserve naturelle du Rouge Poncé, parée de caillebotis flambant neufs, est le lieu parfait pour parcourir toutes les étapes de la création et de la réalisation d’un projet Life.

Mardi, nous prenons de la hauteur sur les chênaies et pelouses calcaires des environs d’Ave-et-Auffe, où pâturent paisiblement les moutons, gestionnaires quotidiens de ces milieux exceptionnels. Ensuite, nous découvrons le travail de l’asbl Natagriwal dans des prairies de haute valeur biologique autour du château de Lavaux-Sainte-Anne.

Le mercredi, c’est la flore à la main que les étudiants déterminent les communautés végétales de diverses stations forestières d’Ardenne. Un travail d’observation minutieux, qui nécessite parfois pas mal d’huile de coude quand il s’agit d’analyser à la tarière un sol caillouteux !

Enfin, le dernier jour est consacré à un exercice de martelage dans le marteloscope d’Haugimont, une parcelle forestière où chaque arbre est identifié et sa valeur économique et écologique estimée. Il permet aux étudiants de s’entraîner à poser des choix en fonction des arbres objectifs à favoriser, du volume de bois à récolter ou encore de l’impact sur la biodiversité.

Bien que ces quelques journées ne remplacent pas deux semaines de vie commune et de rencontres avec des acteurs variés, elles auront tout de même permis à nos futurs forestiers et gestionnaires d’espaces naturels d’acquérir un peu d’expérience de terrain et de s’immerger, l’espace de quelques heures, dans cette nature wallonne.

Vous aimez? Partagez sur
Share on Facebook
Facebook
Pin on Pinterest
Pinterest
Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin