Le projet

La sélection d’Apis mellifera L. est à la base de la plupart des progrès connus en apiculture. Les caractères d’intérêt ont très souvent concerné des aspects de production et de conservation des races. Aujourd’hui, dans un environnement en pleine modification, les enjeux prioritaires de la sélection sont plutôt de doter l’abeille de moyens de défense adéquats contre ses nouveaux ennemis. Dans ce projet, l’ennemi ciblé est l’espèce invasive Varroa destructor.

ObjectifsLutter_contre_le_Varroa-Wallonie

Les objectifs du projet sont les suivants :

  • Etudier la diversité de l’abeille domestique en Wallonie
    → Connaître la diversité de l’abeille en Wallonie, notamment en termes de tolérance au Varroa, c’est connaître son potentiel.
  • Sélectionner, dans cette diversité, des souches d’abeilles tolérantes à l’acarien Varroa destructor
    → Aboutir à un progrès transférable dans le secteur apicole.

Programme

Ce projet a été défini en 3 phases de 2 ans, allant de début 2012 à fin 2017.

En 2012 : mise en place de la méthodologie, d’un réseau d’apiculteurs wallons participants et mesures de terrain2012

Après une recherche bibliographique approfondie sur le sujet, différentes méthodes ont été testées dans un rucher expérimental afin de définir celles qui allaient être utilisées pour évaluer la tolérance au Varroa sur le terrain.

Un appel à participation a été lancé à travers toute la Wallonie afin de solliciter les apiculteurs wallons à participer à ce projet. Un réseau de participants a ainsi été conçu pour évaluer la diversité de l’abeille et leur tolérance au Varroa.

Deux séries de mesures ont été réalisées chez les participants. Celles-ci ont permis d’évaluer l’infestation de l’acarien en phase phorétique et reproductive avant traitement, de suivre la mortalité en varroas après traitement, de mesurer la taille des colonies avant hivernage, etc. Des prélèvements ont également été réalisés de manière à étudier la morphométrie des colonies suivies (diversité des races, etc.). Plus de détails sont fournis sur la page des résultats de 2012.

En 2013 : suite et fin des mesures de terrain, mise en place des ruchers expérimentaux, lancement du site « Selapis » et du système de collaboration

Les colonies qui ont fait l’objet de mesures en 2012 continueront à être évaluées pendant une partie de la saison 2013apicole 2013. Cela permettra d’estimer plus précisément leur potentiel de tolérance au Varroa.

L’analyse des données obtenues en 2012 nous a poussé à revoir l’organisation globale du projet. En effet, le suivi de colonies situées partout en Wallonie et gérées par les apiculteurs n’est envisageable que dans des conditions idéales. La variabilité des conditions rencontrées sur le terrain complique fortement l’évaluation du potentiel des colonies à lutter contre le parasite. La mise en place de ruchers expérimentaux, situés dans des environnements différents, mais composés de colonies liées génétiquement s’est imposée comme la solution permettant de travailler dans des conditions contrôlées par les chercheurs. Le Comité de Suivi scientifique du projet a approuvé cette décision. Par conséquent, la mise en place de ces ruchers a été prévue pour 2013.

La collaboration avec les apiculteurs wallons a été maintenue via un protocole simplifié que chacun d’entre eux peut réaliser. Il consiste à effectuer de simples mesures qui permettent une évaluation sommaire du potentiel des colonies à lutter contre le Varroa. Les données collectées par les apiculteurs peuvent être encodées en ligne sur ce site. Sur base de ces données, des colonies filles de celles qui ont le meilleur potentiel sont élevées, puis évaluées dans les conditions contrôlées des ruchers expérimentaux. Cela permet à l’apiculteur participant de connaître le potentiel de ses colonies, mais aussi d’apporter de la diversité génétique dans les ruchers expérimentaux. Pour plus de détails, vous pouvez consulter la page « Envie de Participer ?« .

Phases ultérieures

En 2014-2015 : …vers un dispositif d’évaluation optimal…2014-2015

De nombreuses activités sont similaires pour les années 2014 et 2015 pour la simple raison que dans un tel programme de sélection, un progrès génétique n’est possible que sur plusieurs générations d’abeilles. Les points principaux définis pour cette phase du projet sont les suivants :

  • Protocole simplifié, par les apiculteurs sur leur colonies
  • Protocole complet, par les chercheurs sur les colonies des ruchers expérimentaux
  • Acquisition des données génomiques – Analyses GBS (Genotyping-By-Sequencing
  • Développement d’un nouveau modèle d’évaluation génétique BLUP (Best Linear Unbiased Prediction)
  • Évaluation génétique (calcul des valeurs d’élevage)
  • Sélection génomique et plan d’élevage
  • Elevage de reines filles des colonies des apiculteurs participants
  • Développement de colonies au potentiel de tolérance accru contre le Varroa
  • Diffusion des résultats et communication

En 2016-2017 : …vers une stabilisation des résultats et un transfert vers le secteur apicole…. 2016-2017

Les 2 dernières années du projet peuvent se résumer en quelques points. Sans rentrer dans les détails, voici ce qui a été prévu :

  • Poursuite du programme d’élevage sélectif et stabilisation des lignées
  • Création d’un système de sélection précoce
  • Transfert du progrès génétique vers l’apiculture wallonne

La dernière phase du projet a été conçue pour stabiliser les résultats obtenus lors des phases précédentes, ainsi que pour assurer un transfert optimal de ceux-ci vers le secteur apicole. Le transfert devra être réalisé de manière à promouvoir le développement de lignées tolérantes au Varroa.

…vers des populations d’abeilles en pleine vitalité, débarrassées de leur principal parasite …