Le rôle des goulots d’étranglement de la commercialisation dans l’adoption des innovations agricoles chez les producteurs vivriers du Sud-Kivu (Est de la R.D. Congo).

Projet finalisé

Pays : République démocratique du Congo [voir la carte]

Commanditaire :

Durée : [ - 2006]

Rubrique : Coopération internationale

MASTAKI NAMEGABE Jean Luc (2006). Thèse de doctorat. Gembloux, Faculté universitaire des Sciences agronomiques.

241p. (+ annexes : 8p.), 68 tableaux, 62 figures, 1 carte.

 

Résumé

La province du S.K. connaît une insécurité alimentaire sévère mesurée en termes de faibles disponibilité, accessibilité physico-économique et stabilité des approvisionnements alimentaires aussi bien au niveau des individus et ménages qu’à celui de toute la collectivité.

Son système de production agricole, assis sur une mosaïque des petites exploitations familiales consacrant la dispersion géographique de la production vivrière obtenue généralement en culture associée dont les principales spéculations sont le manioc, le haricot, la banane, le riz, le maïs, les arachides,…demeure incapable d’assurer une alimentation suffisante, pour une vie saine et active, à une population galopante.

Les explications de ces déséquilibres alimentaires dont la caractéristique est de frapper beaucoup plus les milieux ruraux et certains groupes vulnérables (les femmes et les enfants) ont été traditionnellement axées sur la pression démographique et l’insécurité foncière.

Cette étude, assise sur une analyse des tendances actuelles de l’économie agricole de la province caractérisée par une propension au retour à l’autosubsistance des agriculteurs, un rejet des innovations agricoles et un faible investissement dans le secteur incompatibles avec un environnement à forte densité démographique, fonde le rôle des contraintes de commercialisation dans le découragement des innovations agricoles comme base des déficits alimentaires structurels de la province.

Sa première partie traite des contours théoriques des concepts liés au progrès technique en agriculture, ses sources, impact, demande et adoption-diffusion. Elle analyse, d`un point de vue théorique, le rôle des risques et incertitudes induits par les marchés déficients sur le sentier technologique des systèmes agricoles tout en passant en revue les bases méthodologiques d`études empiriques de la commercialisation vivrière dans les pays en développement.

La deuxième partie analyse les caractéristiques physico-techniques et socio-économiques du secteur vivrier de la province du Sud - Kivu ainsi que ses indicateurs de performance fondés sur le concept de la sécurité alimentaire dans le contexte des récents conflits armés dans la région.

La troisième partie traite de l`impact et des facteurs de l`adoption des innovations agricoles au Sud-Kivu à travers le cas empirique de la semence améliorée de haricot «Acc714 » vulgarisée par l`Inera. Elle porte une attention particulière sur le rôle de l`accès aux marchés d`output et coûts de transaction y relatifs dans le choix technologique des paysans et fait recours à un modèle micro-économétrique d`adoption ad-hoc.

La quatrième partie procède par une étude critique de l`économie de la commercialisation vivrière au Sud-Kivu à travers l`analyse des filières représentatives de haricot, manioc et choux. Elle applique la grille S-C-P et la NEI aux Systèmes d`Approvisionnement et Distribution Vivrière de la province usant des données des enquêtes sur les marchés. Elle comporte un diagnostic technico-économique des services marchands de commercialisation et analyse la répartition de la valeur ajoutée entre divers acteurs des marchés vivriers de la province ainsi que leurs pressions sur les prix en amont et en aval avant de fonder une approche compréhensive et holistique de rationalisation des marchés vivriers comme gage d`une sécurité alimentaire durable au sein de la province.

 

MASTAKI NAMEGABE Jean Luc (2006). The role of marketing bottlenecks for the implementation of agricultural innovations by foodstuff farmers in South-Kivu (Congo). Ph D thesis. Gembloux, Faculté universitaire des Sciences agronomiques.

241p. (+ annexes : 8p.), 68 tables, 62 figures, 1 maps.

 

Summary

The S.K. province is experiencing a severe food insecurity measured in terms of weak food availability, accessibility and stability as well at the individual, household and the collectivity level.

Its agricultural production system, based on a mosaic of small households consecrating the geographic dispersion of the food production obtained generally in culture association from which the principal speculations are cassava, bean, banana, rice, maize, groundnuts, … stills unable to assure a sufficient nutrition, for a healthy and active life, to a galloping population.

The explanations of these food imbalances which hit a lot more the rural areas and certain vulnerable groups (the women and the children) were traditionally centered on the demographic pressure and the unsecured land tenure.

This study, based on the provincial agricultural economy current trends characterized by a high propensity to the farmers auto-exclusion from markets, a rejection of the agricultural innovations, and a low investment in the sector,… establishes the marketing constraints and market failures active role in the rejection of the agricultural innovations as a justification to the food insecurity in the region.

The first part of this dissertation visits the theoretical outlines of the concepts linked to the technical progress in agriculture, its sources, impacts, demand and adoption-diffusion process. It analyzes, in a theoretical view, the role of risks and uncertainty induced by the deficient markets on the technological path of the agricultural systems and reviews the methodological basis of the developing countries food marketing empirical studies.

The second part analyzes the South-Kivu food sector physico-technical and socio-economical characteristics as well as its performance indicators based on the concept of the food security.

The third part focuses on the impact and factors of the agricultural innovations adoption in South- Kivu through the empirical case of the improved bean seeds «Acc714 » popularized by the Inera. It carries a special attention on the role of output markets access and related transactions costs in the farmer’s technological choice using an ad-hoc micro-econometrical model of adoption.

The fourth part proceeds by a critical analysis of the South-Kivu food marketing chain through representative products (bean, cassava and cabbages) markets. It applies the Structure-Conduct-Performance(S-C-P) and the New Institutional Economics (NIE) paradigms to the food supply and distribution chain using the data from markets surveys and proceeds by a technical and economical diagnostic of the marketing services.

This last part analyzes the distribution of the added value between the food market`s various actors in the province as well as their pressures on the prices in up and downstream. The prescriptive component of the study identifies a comprehensive and holistic approach of agricultural and food markets rationalization as pledge for a sustainable food security within the province.

 

< Retour aux projets de l'unité