Analyse de la demande en charbon de bois par les ménages urbains de Bujumbura au Burundi

Projet finalisé

Pays : Burundi [voir la carte]

Commanditaire :

Durée : [ - ]

Rubrique : Coopération internationale

Sabuhungu Emery Gaspard (2016). Thèse de doctorat, Université de Liège, Gembloux Agro-Bio Tech, 185 pages (+ annexes  : 50 pages), 41 tableaux, 6 figures et 8 photos.

Résumé :

La présente étude avait pour objectif d'évaluer la demande en charbon de bois par les ménages urbains de Bujumbura afin de formuler des recommandations dans le but d'assurer une sécurité énergétique des ménages et une protection de l'environnement. Pour atteindre cet objectif, l'analyse documentaire et la collecte des données secondaires ont été réalisées dans le but de formuler les objectifs spécifiques, les hypothèses et la méthodologie suivie le long de cette étude.

Les objectifs spécifiques sont les suivants : analyser la structure, le fonctionnement et la performance du marché de charbon de bois dans la ville de Bujumbura et le comparer aux marchés de charbon de bois dans les villes de Kigali et de Lubumbashi ; déterminer les modes de consommation du charbon de bois par les ménages urbains de Bujumbura ; identifier les facteurs qui influencent la demande en charbon de bois chez les ménages urbains de Bujumbura et évaluer la demande en charbon de bois par les ménages urbains de Bujumbura. Les hypothèses formulées pour cette étude sont : le marché du charbon de bois dans la ville de Bujumbura est un marché concurrentiel et performant ; le charbon de bois domine les combustibles de cuisson utilisés par les ménages urbains de Bujumbura et est consommé en exclusivité ou en combinaison avec d'autres ; la demande en charbon de bois par les ménages urbains de Bujumbura est essentiellement fonction du revenu du ménage, de la taille du ménage, des habitudes alimentaires (préparation des aliments qui prennent beaucoup de temps pour leur cuisson), de la fréquence des usages du charbon de bois et de la possession ou non possession de foyers de cuisson améliorés ; la demande en charbon de bois par les ménages urbains de Bujumbura est importante et entraîne annuellement d'importants déboisements.

Pour collecter les données primaires, trois enquêtes ont été réalisées. La première enquête, ayant pour objectif spécifique d'analyser le marché du charbon de bois à Bujumbura, a été réalisée auprès des acteurs principaux de la chaîne de valeur du charbon de bois produit dans les communes de Mugamba et de Muramvya et consommé dans la ville de Bujumbura. Les deux autres enquêtes, ayant pour objectif spécifique d'analyser la consommation du charbon de bois par les ménages, ont été réalisées chez les ménages-utilisateurs du charbon de bois dans trois zones de la ville de Bujumbura différentes du point de vue du niveau de vie des ménages (les zones de Buterere, de Cibitoke et de Rohero).

Les résultats de ces enquêtes indiquent que le marché du charbon de bois est un marché concurrentiel et que les activités de production, de commercialisation et de consommation du charbon de bois permettent de créer une valeur ajoutée positive tout au long de sa chaîne de valeur. La situation d'utilisation des combustibles de cuisson par les ménages de Bujumbura montre que ces derniers n'ont pas encore réalisé une transition énergétique. En effet, 83 % des ménages interrogés consomment uniquement le charbon de bois ; 12 % combinent l'utilisation de charbon de bois et d'électricité et 5 % combinent l'utilisation du charbon de bois et de bois de feu. Pour les facteurs qui influencent la demande des ménages en charbon de bois, les résultats ont révélé que le revenu du ménage, la taille du ménage, le nombre de cuissons par jour, la fréquence de préparation des feuilles de manioc et la possession ou non des braséros améliorés en sont les principaux éléments.

Pour remédier au problème énergétique et environnemental, plusieurs recommandations ont été formulées à l'issue de cette étude à savoir : la réhabilitation des boisements coupés, la mise en place de meilleures techniques de peuplement des boisements avec des essences plus adaptées sur des parcelles productives, une plus grande pénétration des énergies substituables au bois-énergie telles que le gaz, l'électricité ou les briquettes combustibles, une croissance de l'utilisation des foyers améliorés dans les ménages et une plus grande efficacité dans la carbonisation du bois. En effet, ces actions permettraient de diminuer le nombre d'hectares à déboiser pour les besoins en bois-énergie.

 

 

< Retour aux projets de l'unité