Ménages ruraux et lutte contre la pauvreté : cas des communes de Tu Ly et de Xuang Phong dans la province de Hao Binh Viet Nam

Projet finalisé

Pays : Viêt Nam [voir la carte]

Commanditaire :

Durée : [ - 2014]

Rubrique : Coopération internationale

Téléchargez le document

Mai Lan Phuong (2014). Thèse de doctorat, Université de Liège, Gembloux Agro-Bio Tech, 196 pages, 59 tableaux et 24 figures.

Résumé :

Depuis 1998, le Gouvernement vietnamien a lancé un programme d’aide pour les ménages pauvres, dans tout le pays, grâce au soutien de la Banque Mondiale et du Fonds Monétaire International. Bien que le taux de pauvreté ait diminué en termes absolus cela ne signifie pas pour autant une véritable réduction de la pauvreté et ne tient pas compte de la nature même de la pauvreté. L’inégalité des revenus et des opportunités s’est accrue entre les zones urbaines et les campagnes, entre les différentes classes sociales et entre les Kinh (groupe majoritaire au Viet Nam) et les minorités ethniques. La lutte contre la pauvreté des minorités ethniques est devenue un défi permanent. En 2010, on recensait 66,3 % de pauvres chez les minorités ethniques, contre 12,9 % parmi la population Kinh. Cette thèse mène une réflexion sur la question de la pauvreté dans son ensemble au Viet Nam, et en particulier dans les régions montagneuses du Nord, où le taux de pauvreté est le plus élevé et atteint 39,4 % en 2012. L’approche historique, l’approche individualiste de la capacité des ménages, l’analyse statistique descriptive et l’analyse de cas sont utilisées pour
réaliser cette recherche. La première difficulté rencontrée fut l’identification des ménages pauvres et des bénéficiaires des stratégies de lutte contre la pauvreté. D’autres difficultés furent encore mises en évidence par l’analyse des stratégies de lutte contre la pauvreté : le caractère confus des données disponibles, la faible participation des populations locales dans la planification et le suivi des opérations et l’autonomie limitée des autorités locales. Il apparaît finalement que les mesures de lutte contre la pauvreté sont peu efficaces. De plus, la privatisation des ressources forestières limite la capacité des minorités ethniques à faire face à certains risques. Face à cette situation, une piste de solution pourrait être le renforcement du rôle des associations paysannes. La prise en compte des idées et des initiatives des acteurs de terrain, portées par les associations paysannes, aurait un impact positif sur la lutte contre la pauvreté. Les dons et l’octroi de subsides à des individus ne devraient plus être pratiqués. Dans le monde menaçant d’aujourd’hui, la solidarité entre petits paysans est plus que nécessaire pour leur permettre de trouver leur place dans le système de production et d’en garder les bénéfices justifiés. A long terme, il apparaît judicieux d’accorder un soutien financier afin d’assister les groupements et soutenir les initiatives des associations de petits paysans afin de faciliter leur participation à l’économie de marché tout en améliorant leur bien-être.

< Retour aux projets de l'unité