Etude d’impact de l’apprentissage par la vidéo et la radio rurale sur la transformation à petite échelle du riz local au Bénin

Projet finalisé

Pays : Bénin [voir la carte]

Commanditaire :

Durée : [ - 2013]

Rubrique : Coopération internationale

Téléchargez le document

Zossou, Enangnon Espérance (2013). Etude d’impact de l’apprentissage par la vidéo et la radio rurale sur la transformation à petite échelle du riz local au Bénin (Thèse de doctorat), Université de Liège, Gembloux Agro-Bio Tech

160 p. (+annexes : 27 p.), 35 fig. et 50 tab.

Résumé

La culture du riz a été reconnue par les Nations Unies comme l'une des principales sources de nourriture pouvant favoriser la sécurité alimentaire, l'éradication de la pauvreté et la réalisation à l'échelle internationale des objectifs du Millénaire. Au Bénin, beaucoup de réformes ont été faites dans la filière riz pour accroître la production nationale. La production et la transformation du riz sont des tâches souvent réparties sur la base du sexe avec les femmes en grande partie responsables des opérations post-récoltes. La transformation du riz au Bénin est généralement faite à petite échelle et constitue une source non négligeable de revenus. Dans le but d’améliorer l’apprentissage au sein des acteurs du riz, des chercheurs et des partenaires, en collaboration avec les producteurs et transformateurs de riz au Bénin, ont élaboré une série de vidéos sur la production de riz et les activités post-récoltes. Les vidéos ont été utilisées comme une ressource à partir de laquelle des scripts radiophoniques ont été développés. Cette étude s’intéresse à l'impact de l’apprentissage par les vidéos et émissions radiophoniques (relatives à la post-récolte du riz) sur (i) les pratiques des transformateurs, (ii) les caractéristiques physiques et les propriétés de cuisson du riz local, (iii) la valorisation du riz local par les consommateurs et (iv) le capital financier, social et humain des transformateurs du riz local. L'étude a été menée dans le sud et le nord du Bénin avec 240 transformateurs de riz et 270 femmes consommatrices de riz ; et dans le centre du Bénin avec 160 femmes étuveuses de riz et 100 consommatrices de riz. En plus des interviews structurées et des fiches de suivi hebdomadaire, l'évaluation participative utilisant l'approche des moyens d'existence durable a été utilisée pour apprécier l’état du capital financier, social et humain des transformateurs de riz. Pour l’analyse des données, nous avons utilisé le modèle de la double différence « Diff-in-Diff », le modèle de régression OLS (Ordinary Least Squares), le modèle de régression de Poisson et l'effet moyen de traitement (ATE). Pour apprécier la volonté des consommateurs béninois à payer pour le riz local, nous avons mené des enchères expérimentales dans les marchés au nord, centre et sud du Bénin. Avant l’apprentissage par la vidéo ou la radio, les transformateurs de riz avaient moins accès aux sources formelles d'apprentissage et avaient des pratiques peu recommandées. Les méthodes traditionnelles ne conduisant pas à une bonne qualité de riz étaient prédominantes. Par conséquent, l'état général des capitaux des moyens d’existence était faible. Les projections publiques des vidéos et les émissions radiophoniques ont été très bien appréciées par les transformateurs de riz dans les zones d’étude. La radio rurale semble être moins efficace que la vidéo et doit être utilisée avec précaution dans la vulgarisation agricole. Les animateurs des radios rurales ont en effet besoin d’une connaissance suffisante des sujets agricoles et de se familiariser avec le vernaculaire agricole local afin de diffuser des messages appropriés. Les scripts radiophoniques développés à partir des vidéos aident à relever ces défis. Les transformateurs de riz qui ont suivi les vidéos et les émissions radiophoniques ont amélioré leurs pratiques et leur créativité en développant des technologies appropriées à leur environnement. Ce qui a eu un impact positif sur la qualité du riz local transformé ; améliorant ainsi le prix sur le marché. Par rapport au prix du riz étuvé traditionnel, les consommateurs sont prêts à payer un surplus de 9 à 27% pour avoir le riz étuvé avec des technologies d'innovation locale; et 25 à 34% pour avoir le riz étuvé avec la technologie améliorée. Comparativement aux offres du groupe témoin, la sensibilisation par la vidéo et la radio a augmenté respectivement les offres des consommatrices pour le riz étuvé avec la méthode améliorée de 23 à 47F CFA et de 9 à 18 F CFA. En 2012, on constate dans les villages vidéo une augmentation du pourcentage de transformateurs de riz qui font la vente dans les marchés régionaux ; ce qui constitue un indicateur de la bonne qualité du riz. Avec l’utilisation du modèle de l'ATE, nous notons pour le riz blanc qu'il n'y a pas eu un impact significatif de la radio sur les revenus parce que le message a été à un moment mal compris. La vidéo par contre a eu un impact significatif sur les revenus des transformateurs aussi bien pour le cas du riz blanc que pour celui du riz étuvé. L’impact de la vidéo sur les revenus des transformateurs de riz étuvé est pratiquement le double de ce qui a été noté dans le cas de la radio rurale. Les transformateurs de riz qui ont suivi la vidéo et les émissions radiophoniques ont perçu une amélioration significative au niveau de leur capital financier, social et humain. Des campagnes d'information sur les technologies améliorées de transformation du riz ont non seulement joué un rôle important au niveau des transformateurs de riz en améliorant la qualité de leurs produits ; mais aussi elles ont permis d’informer les consommateurs sur la valeur du produit final. Les résultats de la présente étude ont été certainement influencés par (i) l’approche participative utilisée lors de la réalisation des vidéos et des émissions radiophoniques ; (ii) le mode d’utilisation des vidéos, c’est-à-dire leurs projections publiques sur des écrans géants ; et (iii) l’utilisation des vidéos comme des ressources à partir desquelles les émissions radiophoniques ont été réalisées. D’autres projets utilisant la vidéo et la radio rurale pourraient ne pas avoir les mêmes résultats si les conditions précitées n’ont pas été remplies. Ce qui nécessite des études ultérieures quant à l’influence du mode de réalisation et d’utilisation des vidéos et émissions radiophoniques dans le monde rural sur leur efficacité et durabilité dans le temps. Dans un contexte de pauvreté généralisée, d’insécurité alimentaire, de fort taux de ruralité et de faible taux d’alphabétisation, l’utilisation dans la vulgarisation agricole de la vidéo et de la radio rurale (fondées sur les principes de base des approches participatives) constitue une opportunité pour favoriser l’accès général des populations rurales à l’information agricole. Ce qui constitue un potentiel pouvant promouvoir une agriculture durable en encourageant les innovations locales. Au regard de l’intérêt que présentent la vidéo et la radio rurale, des suggestions ont été faites à l’endroit de la recherche, du développement et des décideurs politiques afin qu’une attention particulière soit portée sur ces outils de communication dans la vulgarisation agricole.

< Retour aux projets de l'unité