Evaluation de l'impact du coton sur le développement rural. Cas de la région de Korhogo au Nord de la Côte d'Ivoire

Projet finalisé

Pays : Côte d'Ivoire [voir la carte]

Commanditaire :

Durée : [ - 2005]

Rubrique : Coopération internationale

Sery, Zagbaï Hubert (2005). (Thèse de doctorat), Gembloux, Belgique, Faculté Universitaire des Sciences Agronomiques

 243 pages, 31 tableaux et 46 figures.

Résumé :L'étude tente d'évaluer l'impact du coton sur le développement rural dans le Nord de la Côte d'Ivoire à partir du cas de la région de Korhogo. En marge du cotonnier local pluriannuel qui existait dans les systèmes de production, le cotonnier à cycle annuel a été introduit en Afrique de l'Ouest et plus particulièrement en Côte d'Ivoire à la demande de quelques entreprises françaises qui voulaient échapper au monopole des Etats-Unis sur le marché mondial de la fibre. Cette culture du coton a fait l'objet de plusieurs formes de soutien à différents niveaux : recherches agronomiques et technologiques, conseils agricoles et vulgarisation des techniques culturales, formation et organisation des producteurs, subventions aux intrants (les semences sont encore subventionnées jusqu'à nos jours), prix garanti à la production, commercialisation assurée, etc. Aussi, de culture forcée avant l'indépendance, le coton est-il de plus en plus massivement adopté librement, à cause de ses nombreux atouts. On peut retenir que le coton a profondément amélioré les pratiques agricoles, modifié le paysage agraire dans son ensemble, transformé les mentalités et le mode de vie d'un nouveau type d'agriculteur qui se veut désormais à la fois producteur et industriel. En un mot, le coton joue un rôle positif indéniable sur le développement de la région d'étude. Le premier chapitre présente le contexte de l'étude et la méthodologie suivie dans le choix et la réalisation des observations de terrain, fait l'historique et analyse le fonctionnement de la filière coton en Côte d'Ivoire. Dans le deuxième chapitre, après une brève présentation des situations antérieures, on évalue la dynamique des systèmes agraires cotonniers depuis 1960 en considérant principalement les changements induits par les diverses modalités d'adoption de la culture du cotonnier sur les systèmes de production pratiqués. On analyse les modifications survenues en matière d'occupation des terres, d'acquisition et d'utilisation d'équipements et d'intrants agricoles, de trajectoires d'évolution des systèmes de production. On insiste sur les changements notables dans l'affectation du facteur travail qui limite souvent la formation des revenus agricoles. Tout cela aboutit à la différenciation du niveau de richesse des exploitations en fonction du type de système de production pratiqué. Le troisème chapitre de la dissertation est consacré à l'évaluation des conséquences technico-économiques de la culture du cotonnier. On montre qu'elle a contribué à améliorer les techniques de production, la rentabilité financière des exploitations, l'accroissement des échanges marchands, la réduction du niveau de pauvreté en milieu rural, les conditions de vie et le niveau d'éducation des populations. On termine par des conclusions générales, des perspectives et des recommandations. L'accent est mis sur la nécessité de repenser la recherche agronomique et la vulgarisation dans le sens de la durabilité des systèmes à base de coton et,  de trouver des solutions institutionnelles pour une répartition de la valeur ajoutée de façon équitable aux différents acteurs de la filière cotonnière en Côte d'Ivoire.

< Retour aux projets de l'unité