Définition d’un outil d’aide à la décision spatiotemporel structurant et articulant les potentialités de développement agricole : cas du Niger

Projet finalisé

Pays : Niger [voir la carte]

Commanditaire :

Durée : [ - ]

Rubrique : Coopération internationale

Andres Ludovic (2017). Thèse de doctorat, Belgique, Université de Liège-Gembloux Agro-Bio Tech, 254 p., 25 tabl., 139 fig, 9 cartes.

Résumé :

Le ciblage des potentialités de développement agricole en milieu rural doit être repensé et adapté à l’ensemble des conditions de vie des ménages d’un point de vue d’une échelle spatiale concentrée et d’une analyse sur une longue période. Ce ciblage identifie des territoires sur une échelle plus fine que le niveau national afin de répartir les objectifs de développement agricole et de les articuler sur des zones ayant un haut potentiel. Ce niveau d’analyse permettra aussi de regrouper les actions menées à une échelle plus « micro » afin de structurer l’ensemble des activités menées sur la zone. En effet, le constat que l’aide au développement et d’urgence se concentre dans des zones circonscrites et que le niveau d’analyse repose sur deux échelles, l’une « macro » (national, régional, départemental) et l’autre « micro » (village, collectivité, ménage, individu et communauté) renforce le besoin de créer un niveau d’analyse intermédiaire afin d’assurer une meilleure structuration des actions menées à différents niveaux et une meilleure articulation entre un territoire considéré (zone d’actions), les activités à mener et la population cible. A partir d’un état de l’art sur les sujets connexes à notre réflexion (développement, ciblage, territoire, sécurité alimentaire, résilience), différents constats ont permis d’aboutir à la définition d’une question majeure et d’un objectif structurant la présente dissertation. La question de recherche est définie comme suit : « comment structurer le ciblage et l’identification des zones à fortes potentialités permettant d’articuler l’ensemble des actions d’urgence et de développement menées sur plusieurs échelles d’analyse ? ». A l’issue de ces constats et réflexions, l’objectif de la présente recherche est « la mise en place d’un outil d’aide à la décision spatiotemporelle articulant et structurant le ciblage des potentialités de développement agricole en matière d’aide d’urgence et de développement ». Trois considérations ressortent de cet objectif et question de recherche : l’analyse et le ciblage spatiotemporels, les potentialités de développement, les systèmes de production ruraux. L’analyse spatiale est caractérisée par l’étude des systèmes de production ruraux. Ceux-ci sont définis selon des paramètres biophysiques et socioéconomiques. Ils reflètent une vision systémique identifiant des systèmes agraires. Les différentes productions sont aussi étudiées sur une série longue afin de montrer la tendance des produits à considérer (analyse temporelle). Enfin, ces deux analyses, spatiales (systèmes) et temporelles (produits) sont croisées afin de démontrer l’apport de ce type d’outil en matière d’articulation et de structuration des deux autres niveaux de ciblage (« macro et micro »). Les principaux résultats reposent sur l’identification des produits à développer par système de production, la caractérisation des opportunités et contraintes des systèmes de production ruraux nigériens. De plus, cette analyse spatiotemporelle permet une meilleure identification des potentialités grâce à la distribution des rendements par système et leur comparaison. A l’issue de cette dissertation, l’outil a démontré son importance en matière de structuration et d’articulation du ciblage structurant à l’insécurité alimentaire dans le domaine de l’aide d’urgence et du développement agricole. Les zones territoriales définies en systèmes de production permettent une concentration des actions en fonction de la définition des objectifs généraux et spécifiques des programmes d’aide de développement agricole. Les potentiels produits ont été répartis dans les systèmes de production et permettent de diversifier l’agriculture tout en structurant le développement d’un point de vue national. A l’inverse, les zones à faible potentiel de développement agricole ont été analysées. Elles représentent les zones les plus vulnérables en matière de développement agricole. En outre, les actions définies par les Partenaires Techniques et Financiers (PTF) à l’échelle d’un village, d’une communauté et/ou d’une commune peuvent s’insérer plus facilement dans cette échelle d’analyse et se structurer par après dans les politiques nationales de développement agricole. Il est à noter que l’accroissement de la productivité au Niger passe par le développement de produits au sein des zones les plus propices et non sur l’ensemble du territoire. Le présent outil permet d’acquérir une vision en réseau voire maillage de l’ensemble des potentialités agricoles et d’élevage en fonction des systèmes de production. Toutefois, il serait souhaitable d’insérer le présent outil et de le transposer à une échelle sous-régionale afin de caractériser les échanges au sein de la sous-région et d’orienter les excédents vers des zones consommatrices. 

< Retour aux projets de l'unité