Evolution of livelihood strategy of the households in the coastal sandy zone of the North Central Region of Vietnam-The case of Thua Thien Hue Province

Projet finalisé

Pays : Viêt Nam [voir la carte]

Commanditaire :

Durée : [ - ]

Rubrique : Coopération internationale

NGUYEN DANG Hao (2009). Evolution of livelihood strategy of the households in the coastal sandy zone of the North Central Region of Vietnam-The case of Thua Thien Hue Province (Thèse de Doctorat), Université de Liège, Gembloux Agro-Bio Tech, Belgique, 226 p., 64 tabl., 48 fig., 6 cartes.

Résumé :

Cette étude analyse les évolutions dans  les stratégies des ménages agricoles en vue d’améliorer  leurs moyens de subsistance et les revenus dans la zone côtière sablonneuse de la province de Thua Thien Hue.  L’approche a recours à des méthodes participatives afin de cerner les stratégies assurant les moyens de subsistance et repose sur la collecte de nombreuses données au niveau des ménages.Les résultats des travaux entrepris indiquent une certaine hétérogénéité dans les avoirs et moyens des ménages, en particulier en capital humain, au niveau de l’accès au foncier et de la valeur du patrimoine. Il en résulte une influence sur les  réseaux sociaux et des typologies de  ménages qui varient selon les capitaux mobilisés et les sites étudiés. Les inégalités dans les tailles d’exploitations se sont accrues durant la période 2003-2008 avec une tendance à l’accumulation de la terre par les exploitants les plus riches.Sur base des ressources disponibles et au sein d’institutions et d’organisations de marché créées par les réformes économiques, les stratégies assurant les moyens de subsistance sont très dynamiques. Bien que le développement de l’activité agricole reste une des pistes les plus populaires parmi les stratégies assurant les moyens de subsistance, on observe des changements considérables. Les ménages les plus nantis ont tendance à diversifier et à intensifier les cultures de rente, les productions animales, l’aquaculture et les activités non-agricoles. Les ménages « pauvres » semblent se focaliser sur les productions vivrières et les activités agricoles hors-exploitation ; ils sont parfois contraints de migrer.Durant la période 2003-2008, le revenu du ménage s’est considérablement amélioré particulièrement pour les ménages les plus riches suite à une spécialisation dans les activités d’élevage, les activités non-agricoles et l’aquaculture. Compte tenu de leur plus grande dépendance par rapport aux productions vivrières, au travail salarié et à la migration, le revenu des ménages de la catégorie « pauvre » s’est également amélioré sur la même période, mais plus lentement. En conséquence, l’inégalité des revenus au sein des catégories de ménages a graduellement augmenté.Les menaces sur l’environnement dans la zone côtière sablonneuse sont un sujet qui gagne en importance suite à l’adoption de  pratiques non durables. Les aspects de durabilité en matière sociale sont aussi un sujet à l’ordre du jour depuis que l’incidence de la pauvreté est assez élevée, le niveau d’éducation de la population est limité et le taux de sous-emploi est élevé.Ces résultats impliquent que dans un contexte de développement rural, les politiques de soutien introduites par le gouvernement ont positivement influencé les moyens de subsistance des ménages, mais on constate l’absence de formule directe et unique pour le développement rural de la zone côtière sablonneuse. Il est nécessaire d’envisager une réforme de la politique de développement rural au départ d’une approche basée sur la participation et la  responsabilisation des partenaires impliqués dans les communautés rurales, vers plus d’information et de transparence, vers une politique de subventions basée sur une analyse coûts/bénéfices et vers une meilleure gouvernance. Mais avant toute chose, suite à la forte dépendance vis-à-vis des activités agricoles, il convient de poursuivre le soutien à une politique agricole en renforçant les productivités de la terre et du travail et en veillant à plus d’efficacité et de durabilité.Considérant la vulnérabilité de la zone à une détérioration progressive de ses atouts naturels, il convient d’introduire des politiques visant à promouvoir des systèmes de production agricole durables, en adoptant une approche intégrée et en veillant à promouvoir la diversification au niveau de l’exploitation. En effet, même si la majorité de la population est engagée dans l’agriculture, la création d’emplois reste très minime. Il est donc nécessaire d’introduire une politique créatrice d’emplois.Enfin, il convient de veiller à l’amélioration des infrastructures. Cela requiert aussi des innovations de type institutionnel dans le système commercial afin de mettre les agriculteurs en contact direct avec les marchés.

< Retour aux projets de l'unité