Cet hôtel à insectes a été réalisé en 2014 lors d’Insectopolis, le Festival de l’Insecte, à Gembloux Agro-Bio Tech.

Le rôle d’un hôtel à insectes

Il est multiple. L’hôtel sert à la fois de refuge, d’abris, de gîte ou de nichoir aux insectes utiles. Ceux-ci peuvent être soit des auxiliaires tels que les coccinelles ou les chrysopes (mangeurs de ravageurs) et dans ce cas l’hôtel servira d’habitat d’hivernage, soit des pollinisateurs tels que les abeilles solitaires. Dans ce cas-ci l’hôtel servira de lieux de nidification.

Pour quels insectes ? 

Les insectes attirés par les hôtels dépendent des types d’habitats qu’on leur offre.

  • Les chrysopes optent pour une boîte remplie de paille, avec quelques ouvertures en fentes.
  • Les bourdons aiment les boîtes avec un trou de 10 mm de diamètre et une planchette d’envol.
  • Pour certaines abeilles et guêpes solitaires, il faut :
    • des briques creuses remplies d’un mélange de glaise et de paille (osmies),
    • une natte de roseau enroulée ou trou de 4 à 6 mm dans du bois (mégachiles),
    • des tiges à moëlle (ronce, rosier, framboisier, sureau, buddleia) (pemphredons, guêpes coucous),
    • du bois sec avec des trous de 6-10mm (osmies).
  • Les insectes xylophages se sentent bien dans des vieux morceaux de bois empilés.
  • Les forficules apprécient un pot de fleurs rempli de fibres de bois.
  • Les carabes font plus simple : des morceaux de branches suffisent.
  • Les coccinelles se cachent dans des pommes de pin.

Comment les attirer ?

Pour que les insectes élisent domicile dans l’hôtel, il est important de suivre quelques règles :

  • L’hôtel à insectes doit être installé avant l’arrivé du printemps. Il sera alors utile aux premières espèces telles que les osmies ;
  • Il doit être orienté au sud/sud-est afin de profiter de la chaleur des rayons du soleil ;
  • Il doit être à l’abri du vent : le poser contre une façade ou fermer l’arrière par une planche de bois ;
  • Il doit être surélevé de 30 cm pour éviter l’humidité ascensionnelle ;
  • Il est vivement déconseillé de lasurer ou de vernir le bois utilisé. L’idéal est de choisir une essence résistant naturellement aux intempéries tels que le pin douglas, le châtaignier ou encore le mélèze.
  • Il n’y a pas vraiment de règles sur le choix des habitats de l’hôtel. Cependant, la diversité de ceux-ci attirera une multitude d’insectes utiles et donc une meilleure efficacité de ceux-ci au jardin.

Les premiers occupants de l’année : les osmies. 

Dès le retour des beaux jours, les osmies femelles effectuent des allers-retours dans les trous des bûches. Elles confectionnent une série de chambres en remplissant les trous avec de la nourriture, le pain d’abeille, constitué de pollen et de nectar. Cette étape terminée, la femelle pond un œuf dans le trou et referme la « chambre » grâce à un mélange de salive et de terre. Chaque femelles réalise une dizaine de chambres.

Au bout de 10 jours, une larve émergera de l’œuf et se développera grâce au pain d’abeille. Après environ 3 semaines, la larve produira un cocon pour ensuite se nymphoser. Cette période d’inactivité durera jusqu’au printemps suivant où le développement de l’adulte se terminera avec l’augmentation de la température.

L’osmie a la possibilité de choisir le sexe de sa descendance. Les premiers individus qui sortiront seront des mâles. Ils attendront impatiemment les femelles pour les féconder. Cette tâche exécutée, les femelles nettoyeront les anciennes logettes utilisées l’année précédente et confectionneront à leur tour de nouvelles chambres. L’osmie mâle meurt après une douzaine de jours et la l’osmie femelle vit jusqu’à six semaines.

Contacts : 

Entomologie fonctionnelle et évolutive – Gembloux Agro-Bio Tech

 081.62.22.87

 entomologie.gembloux@ulg.ac.be

 

Share on Facebook12Tweet about this on Twitter0Share on Google+0Share on LinkedIn0Pin on Pinterest0Email this to someone