Depuis plus de trois ans, 550 scientifiques, venant de plus de 100 pays et de domaines aussi variés que les sciences sociales et les sciences naturelles, effectuent un travail de synthèse sur l’état de notre environnement. Ce travail, est à l’initiative d’IPBES, « la plateforme intergouvernementale sur la biodiversité et les services écosystémiques », une structure internationale qui est à la biodiversité ce qu’est le GIEC au climat.

IMG_0892La dernière semaine du mois de mars a vu ce travail de longue haleine s’accomplir, puisque les rapports ont été approuvés par les gouvernements lors de la 6ème réunion plénière à Medellin, Colombie. Les résumés pour les décideurs politiques sont déjà disponibles sur le site internet d’IPBES et les rapports le seront bientôt également dans leur intégralité. Ceci représentera la nouvelle référence clé fournissant un état des lieux de l’état de notre environnement, des bénéfices que nous en tirons, des tendances observées, des scénarios futurs ainsi que des actions politiques recommandées.

Fanny Boeraeve, doctorante à Gembloux Agro-Bio Tech – ULiège a participé à la rédaction de ces rapports. Pour la première fois, ce genre d’initiative a été ouverte, sous sélection, à des jeunes scientifique, ou « Young Fellows ». Ceux-ci ont participé dans le processus de synthèse et de rédaction des rapports au même titre que les scientifiques chevronnés. En outre, ils ont bénéficié d’une formation spécifique sur l’interface science-politique. Une véritable expérience enrichissante et belle opportunité pour une scientifique en début de carrière !

Share on Facebook5Tweet about this on Twitter0Share on Google+0Share on LinkedIn0Pin on Pinterest0Email this to someone