CafeteriaEn novembre 2016, via la Fondation Gouverneur René Close, la Province de Namur a lancé un appel à projets de recherche en matière d’économie circulaire à destination des Universités du Pôle Académique Namurois. Elles ont été sollicitées pour déposer des projets de thèse portant sur le développement de l’économie circulaire, et ce autour de deux sujets d’application : le fonctionnement de la future Maison Administrative Provinciale et l’alimentation durable des cantines scolaires.

La Fondation Gouverneur René Close a pour objet social d’apporter aux sciences sociales, humaines, économiques et politiques des encouragements tant matériels que moraux. Plus particulièrement, la Fondation Close favorise la recherche scientique, les études ou les réalisations dans les domaines de la protection de l’environnement et de l’amélioration de la qualité de vie.

Deux projets ont été retenus, dont un proposé par Gembloux Agro-Bio Tech – Université de Liège.

Octroyé à Kevin Maréchal et Thomas Dogot, professeurs au Laboratoire d’Économie et Développement Rural, ce financement servira à réaliser un projet visant à étudier la question de l’approvisionnement des cantines scolaires de la Province de Namur, à travers des circuits courts. Le projet intitulé « Close Food », d’une durée de trois ans, sera mis en œuvre par la doctorante, Judith Du Faux.

L’objectif général de cette recherche est double. Le premier consiste à opérer une réflexion approfondie sur l’adéquation entre l’offre et la demande et les moyens de la renforcer. Pour cela, une prise en compte des contraintes existantes sera nécessaire au niveau des acteurs en circuits courts (écoles fermées en période estivale) et nécessitera également une compréhension fine du contexte des cantines scolaires.

Le deuxième objectif vise à identifier les mécanismes de résistance au changement. Dans ce cadre, les verrouillages comportementaux dans le chef des usagers des cantines seront étudiés. En effet, il paraît illusoire de réfléchir à la promotion de filière durable d’alimentation sur le territoire namurois sans, parallèlement, s’atteler à décrypter la réceptivité de la demande à cette nouvelle offre. Pour le cas des cantines scolaires, par exemple, la réticence des élèves par rapport aux légumes oubliés (goût, forme, texture, etc.) peut constituer un obstacle important. La prise en compte des comportements est, en outre, essentielle pour la réduction du gaspillage alimentaire qui est un aspect crucial de l’économie circulaire appliqué au domaine de l’alimentation.

L’ensemble de ces éléments permettra d’opérer une première réflexion sur les leviers potentiellement efficaces pour favoriser les circuits courts à l’échelle du territoire (statut du repas, impulsion politique, effet de démonstration, mécanismes de gouvernance innovants, processus participatifs de sensibilisation, etc.) en relation avec les caractéristiques des établissements visés.

Le projet de recherche développé autour des cantines scolaires soulèvera par ailleurs la question de la circularité de l’alimentation. En effet, bien que le secteur de l’alimentation ne vienne pas forcément en premier à l’esprit lorsque l’on parle de d’économie circulaire, celle-ci constitue néanmoins un levier important pour structurer les initiatives en circuits courts de par le poids économique que les collectivités représentent en tant qu’acheteurs de produits alimentaires.

L’approche proposée pour atteindre ces objectifs est à la fois originale et transdisciplinaire. De fait, celle-ci fera appel à la fois à des notions relatives au domaine de la sociologie, mais aussi de l’agronomie et de l’économie rurale. Poursuivant une perspective multi-acteurs, l’étude s’adressera tant à des acteurs privés qu’à des acteurs publics, à travers notamment l’utilisation d’un modèle de collaboration innovant : la cocréation.

Enfin, dans le cadre de ce projet, l’équipe de travail gembloutoise a engagé plusieurs partenariats, dont un avec la section agronomie de HEPN – Ciney. Ce partenariat résidera dans la réalisation, par des étudiants de HEPN-Ciney, de TFE portant sur des thématiques bien délimitées mais directement connectées au projet de recherche en particulier dans le domaine de la production alimentaire durable au sein du territoire de la province de Namur. Un autre partenariat est également envisagé avec le Smart Gastronomy Lab (SGL).

Share on Facebook21Tweet about this on Twitter0Share on Google+0Share on LinkedIn0Pin on Pinterest0Email this to someone