Sans titreLe projet de recherche obtenu par Kevin Maréchal (photo) et Thomas Dogot, financé par la Fondation Close de la Province de Namur, vise à développer l’économie circulaire à travers des circuits courts d’approvisionnement des cantines scolaires gérées par la Province de Namur.

Le secteur de l’alimentation, lié au concept d’économie circulaire, offre des perspectives prometteuses pour renforcer la durabilité de nos systèmes d’alimentation. Les recherches et les projets développés autour des cantines scolaires sont particulièrement intéressants. Ils soulèvent la question de la circularité de l’alimentation dans un cadre concret impliquant de nombreux acteurs et constituent un levier important pour structurer les initiatives en circuits courts à l’échelle du territoire.

L’objectif général de cette recherche est double : analyser de manière fine les mécanismes de résistance au changement de l’ensemble des parties prenantes associées aux cantines et mener une réflexion approfondie sur le potentiel des structures intermédiaires comme levier pour un approvisionnement accru des cantines en produits issus des circuits courts alimentaires durables.

Ce projet permettra de réfléchir de manière approfondie à la question de l’adéquation entre l’offre et la demande et les moyens de la renforcer. Une prise en compte des contraintes existantes sera nécessaire au niveau des acteurs en circuits courts (écoles fermées en période estivale) et nécessitera également une compréhension fine du contexte des cantines scolaires : l’équipe de cuisine et de manutention, l’équipe de gestion (direction et économat) et le public cible, en ce compris le personnel enseignant mais aussi les élèves.

Les verrouillages comportementaux dans le chef des usagers des cantines seront étudiés dans un deuxième volet de ce projet de recherche. En effet, il paraît illusoire de réfléchir à la promotion de filière durable d’alimentation sur le territoire namurois sans, parallèlement, s’atteler à décrypter la réceptivité de la demande à cette nouvelle offre. Pour le cas des cantines scolaires, par exemple, la réticence des élèves par rapport aux légumes oubliés (goût, forme, texture, etc.) peut constituer un obstacle d’importance. La prise en compte des comportements est, en outre, essentielle pour la réduction du gaspillage alimentaire qui est un aspect crucial de l’économie circulaire appliqué au domaine de l’alimentation.

L’ensemble de ces éléments permettra d’opérer une première réflexion sur les leviers potentiellement efficaces pour favoriser les circuits courts à l’échelle du territoire (statut du repas, impulsion politique, effet de démonstration, mécanismes de gouvernance innovants, processus participatifs de sensibilisation, etc.) en relation avec les caractéristiques des établissements visés.

Share on Facebook95Tweet about this on Twitter0Share on Google+0Share on LinkedIn14Pin on Pinterest0Email this to someone