Arielle, Samuel et Pierre sont trois étudiants en dernière année de Master en Gestion des forêts et des espaces naturels. Leurs points communs ? Ils reviennent de la forêt dense humide d’Afrique centrale, où ils ont effectué leur mémoire de fin d’études sur le terrain.

Une première expérience enrichissante durant laquelle ils ont tous les trois, et de manière complémentaire, étudié les nombreux services écosystémiques offerts par la forêt camerounaise. Tandis qu’Arielle s’intéressait aux aspects culturels, Pierre et Samuel étudiaient la contribution de la forêt à la fourniture en bois-énergie et en produits de la chasse issus notamment des systèmes agroforestiers.

A la frontière entre les disciplines, emblématique de leur futur métier d’ingénieur, l’étude des services écosystémiques conjugue en effet l’étude des rapports de l’homme à la terre, de systèmes de production et de la biodiversité. Cartographie participative, enquêtes villageoises, séjour dans les conditions locales, longs parcours en forêt, aucuns plaisirs et aucunes difficultés n’auront été refusés à ces trois étudiants motivés !

Encadrées par les Pr Vermeulen et Pr Dufrêne, avec l’aide du doctorant Simon Lhoest, ces mémoires présentent également une utilité directe puisqu’ils ont servi à tester le logiciel Map village dédié à la cartographie des activités villageoises, dans le cadre du projet FORECAST financé par la fondation Agropolis et piloté par le Cirad France.

 Projet FORECAST

 Nicaragua, Cameroun, Madagascar – L’agroforesterie dans tous ces états ?

Share on Facebook45Tweet about this on Twitter0Share on Google+0Share on LinkedIn0Pin on Pinterest0Email this to someone